007 CHASSER DR SCHWAB

Les racines nazies de Klaus Schwab : quelqu’un est choqué ? ALORS NE LISEZ PAS ! L’entreprise familiale de Schwab, Escher Wyss, a exploité le travail des esclaves et les prisonniers de guerre alliés et a produit des technologies clés permettant à Adolf Hitler de fabriquer des bombes atomiques. Klaus Schwab, le fondateur du Forum économique mondial (WEF), est-il un vieil “oncle” sympathique qui n’a que le bien de l’humanité en tête ? Ou peut-être Schwab est-il le fils d’un collaborateur nazi qui a exploité des travailleurs forcés et aidé les nazis à mettre au point la première bombe atomique ? Source : Truthwits.blog Le matin du 11 septembre 2001, Klaus Schwab s’est assis avec le rabbin Arthur Schneier – ancien vice-président du Congrès juif mondial et proche confident des familles Bronfman et Lauder – autour d’un petit-déjeuner à la synagogue Park East de New York. Source : Geopolitiker.worldpress.com Ensemble, les hommes ont assisté à un événement qui allait façonner le monde pour les vingt prochaines années comme aucun autre : l’écrasement de deux prétendus jumbo jets (faisceaux bleus ?) sur les tours jumelles du World Trade Center. Aujourd’hui, deux décennies plus tard, Klaus Schwab est de retour au premier rang pour revivre un moment qui pourrait bouleverser l’histoire de l’humanité moderne. Source : Tagesspiegel.de En effet, Schwab semble toujours être aux premières loges lorsqu’une tragédie survient. Sa proximité avec les événements qui changent le monde est probablement due au fait qu’il est l’un des hommes les mieux connectés au monde. En tant que force motrice du WEF, connu sous le nom d'”organisation internationale pour la coopération public-privé”, Schwab courtise depuis plus de 50 ans à Davos les chefs d’État, les grands chefs d’entreprise et les “élites” du monde universitaire et scientifique. Source : www.wforum.org Récemment, Schwab s’est attiré les foudres de nombreuses personnes en tant que chef de file du “Great Reset”. Ce n’est pas sans raison, car la Grande Réinitialisation est un effort global visant à remodeler notre civilisation mondiale dans l’intérêt exprès de l’élite du Forum économique mondial et de ses alliés. Lors de la réunion annuelle du Forum en janvier 2021, Schwab a souligné que l’instauration d’un climat de confiance serait un facteur clé de la réussite de sa Grande Réinitialisation, signalant aux participants que la campagne de relations publiques, déjà massive, devrait être encore plus étendue. Si M. Schwab a appelé à instaurer la confiance par des “progrès” non précisés, la confiance passe généralement par ce que l’on appelle la transparence. Mais la transparence est une chose qui fait défaut au WEF, ce qui explique probablement pourquoi tant de personnes se méfient de Schwab et de ses motivations. Source : iparanastudio.blogspot.com Le manque de confiance dans Schwab et ses idées s’explique également par le fait que l’on sait relativement peu de choses sur l’histoire et le parcours de cet homme. La plupart des gens ne connaissent de Schwab que le fondateur du Forum économique mondial au début des années 1970. Source : Google.de Et comme pour beaucoup d’hommes de paille qui font avancer les programmes des élites, les fichiers en ligne de Schwab ont été scrupuleusement nettoyés. Cet état de fait a rendu relativement difficile la recherche d’informations sur ses débuts et sur ceux de sa famille. Toutefois, étant donné qu’il est né à Ravensburg, en Allemagne, en 1938, les spéculations se sont multipliées ces derniers mois pour savoir si la famille de M. Schwab n’aurait pas eu des liens avec l’effort de guerre de l’Axe. De telles connexions, si elles étaient révélées, terniraient la réputation du WEF et soumettraient ainsi la mission ainsi que les motivations de cet homme à un examen indésirable. L’enquête qui suit va explorer en détail le passé que Klaus Schwab tente apparemment de dissimuler. Ce faisant, l’implication de la famille Schwab dans la quête nazie d’une bombe atomique et dans le programme nucléaire illégal du système d’apartheid sud-africain est révélée. Source : Logo de l’entreprise L’histoire du père de Klaus Schwab, Eugen Schwab, qui dirigeait la branche allemande, soutenue par les nazis, d’une société d’ingénierie suisse qui avait été l’un des principaux contractants militaires pendant la guerre, est particulièrement révélatrice. Cette entreprise, Escher-Wyss, a également utilisé des travailleurs forcés pour produire des machines destinées à l’effort de guerre nazi et a également soutenu les efforts des nazis pour produire de l’eau lourde pour leur programme nucléaire. Des années plus tard, le jeune Klaus Schwab siégera au conseil d’administration de cette société et sera impliqué dans la décision de fournir au régime raciste d’apartheid d’Afrique du Sud les équipements nécessaires pour rejoindre le club des puissances nucléaires. Source : Escher-Wyss Le Forum économique mondial WEF étant aujourd’hui un éminent défenseur de la non-prolifération nucléaire et de l’énergie nucléaire “propre”, le passé fait de Schwab un défenseur peu crédible de ce noble programme. Mais ce n’est pas tout, si l’on se penche plus en profondeur sur ses activités, il apparaît rapidement que le véritable rôle de Schwab est différent. Depuis longtemps, il façonne le présent de manière à assurer la pérennité des “agendas mondiaux, régionaux et industriels” qui sont tombés en disgrâce après la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit non seulement de la technologie nucléaire, mais surtout des politiques de contrôle de la population influencées par l’eugénisme. Klaus Martin Schwab – gardien du secret international ? Pour qui ? Source : WEF Né le 30 mars 1938 à Ravensburg, en Allemagne, Klaus Schwab est l’aîné d’une famille nucléaire normale. Entre 1945 et 1947, Klaus a fréquenté l’école primaire à Au, en Allemagne. Dans une interview accordée en 2006 au Irish Times, Klaus Schwab se souvient : “Après la guerre, j’étais président de l’Association nationale de la jeunesse franco-allemande. Mes héros étaient Adenauer, De Gasperi et De Gaulle.” Klaus Schwab et son jeune frère, Urs Reiner Schwab, devaient tous deux suivre les traces de leur grand-père Gottfried et de leur père Eugen et suivre une formation initiale d’ingénieur en mécanique. Le père de Klaus avait dit au jeune Schwab que s’il voulait faire une différence dans le monde, il devait suivre une formation d’ingénieur en mécanique. Mais ce n’était que le début de l’éducation complète de Schwab. Klaus a fréquenté le lycée Spohn de Ravensburg entre 1949 et 1957, où il a obtenu l’Abitur. Entre 1958 et 1962, Klaus a travaillé pour différents bureaux d’ingénieurs et a terminé ses études d’ingénieur en mécanique à l’École polytechnique fédérale de Zurich en 1962 avec un diplôme d’ingénieur. L’année suivante, il a également obtenu une licence en économie à l’université de Fribourg, en Suisse. De 1963 à 1966, Klaus a travaillé comme assistant du directeur général de la Fédération allemande des ingénieurs (VDMA) à Francfort. En 1965, Klaus a obtenu son doctorat de l’ETH Zurich avec une thèse sur le thème : “Le crédit à l’exportation à long terme comme problème commercial dans la construction mécanique” En 1966, il a obtenu un doctorat en ingénierie de l’ETH Zurich. À cette époque, le père de Klaus, Eugen Schwab, avait réussi à s’élever dans les hautes sphères. Déjà connu à Ravensburg avant la guerre en tant que directeur général d’Escher-Wyss, il a finalement réussi à s’élever jusqu’à devenir président de la chambre de commerce de Ravensburg. En 1966, lors de la fondation du comité allemand pour le tunnel ferroviaire de Splügen, Eugen Schwab a défini la création de ce comité comme un projet “qui crée une liaison meilleure et plus rapide pour les grands cercles de notre Europe qui se développe ensemble, et qui offre ainsi de nouvelles possibilités de développement culturel, économique et social.” Klaus Schwab a obtenu un doctorat en économie de l’Université de Fribourg en Suisse en 1967. Il a obtenu une maîtrise en administration publique à la John F. Kennedy School of Government de Harvard, aux États-Unis. Pendant son séjour à Harvard, Schwab a reçu l’enseignement de Henry Kissinger, dont il a dit plus tard qu’il était l’une des trois ou quatre personnalités qui ont le plus influencé sa pensée au cours de sa vie. Henry Kissinger et son ancien élève, Klaus Schwab, saluent l’ancien Premier ministre britannique Ted Heath lors de la réunion annuelle du WEF en 1980. Source : Forum économique mondial Dans l’article du Irish Times de 2006, Klaus parle de cette période comme étant très importante dans la formation de sa pensée idéologique actuelle : “Des années plus tard, lorsque je suis revenu des États-Unis après avoir étudié à Harvard, deux événements ont eu une influence décisive sur moi : (1) Le livre “Le défi américain” de Jean-Jacques Servan-Schreiber, qui a théorisé que l’Europe perdrait face aux États-Unis parce que les méthodes de gestion européennes étaient inférieures à celles des États-Unis ; (2) Et ceci est pertinent pour l’Irlande – que l’Europe des Six est devenue l’Europe des Neuf” Ce sont ces deux événements qui ont permis à Klaus Schwab de se concentrer entièrement sur le changement de la gouvernance d’entreprise. La même année, le frère cadet de Klaus, Urs Reiner, obtient son diplôme d’ingénieur en mécanique de l’ETH Zurich et Klaus Schwab devient l’assistant du président du conseil d’administration de l’ancienne société de son père, Escher-Wyss, qui deviendra bientôt Sulzer Escher-Wyss AG. C’est là que Klaus Schwab s’est occupé de la réorganisation des entreprises fusionnées, ce qui a également donné lieu à ses relations “nucléaires”. Source : Escher-Wyss La ville natale de Schwab – Ravensburg, en Allemagne – a été la première ville allemande à pratiquer l’eugénisme (l’élimination des “mangeurs inutiles”) Ravensburg était une plaque tournante pour le transport de l’or nazi volé vers la Banque suisse des règlements internationaux, dirigée par les espions de la Pilgrims Society, Allan W. Dulles (futur directeur de la CIA, 1953-61), Edwin W. Pauley (Réparations alliées) et William J. Donovan, directeur de l’OSS (précurseur de la CIA sous le contrôle du MI6 – patron de Dulles) Source : Wikipedia L’entreprise familiale de Schwab, Escher Wyss, exploitait le travail des esclaves et les prisonniers de guerre alliés, produisait des technologies clés pour la fabrication de bombes atomiques pour Adolf Hitler et l’Afrique du Sud, vendait des lance-flammes suisses aux nazis et était décrite par Adolf Hitler comme une entreprise nationale-socialiste modèle. La société de Schwab, Escher Wyss, était protégée non seulement par Hitler, mais aussi par la Suisse, la Grande-Bretagne et l’Amérique, ce qui fait de Schwab un intervenant étranger criminel dans tous les sens du terme. Source : www.scharf-links.de La famille de KLAUS Schwab et le passé caché des nazis Les propagandistes des grands médias et des milieux universitaires ont dissimulé le passé nazi de Klaus sous une avalanche de récompenses, de programmes du WEF, de livres écrits par des fantômes, de discours, d’interviews, de chaires honorifiques et de doctorats du monde entier. Les chercheurs de l’AFI ont qualifié Klaus de “vieux grincheux” parce qu’il ne sourit presque jamais. Nous savons maintenant pourquoi. Il sait qu’il est un imposteur – un artiste de cirque qui a grandi avec une cuillère en argent dans la bouche et qui n’a rien de bon à dire au monde. Les documents d’archives de la C.I.A. montrent que Escher-Wyss et Sulzer étaient contrôlés par le département de l’énergie et le département d’État des États-Unis. Logiquement, cela signifierait que Klaus Schwab était un agent triple travaillant simultanément pour les suivants : (1) la CIA-MI6-UN British-Americans Pilgrims Society, (2) les nazis (aujourd’hui l’Allemagne) et (3) la Suisse. Voulons-nous vraiment qu’un espion qui ment trois fois soit à la tête du “Great Reset” et du “Build Back Better” ? Source : truthbits.blog Troisièmement, Escher-Wyss était l’un des plus grands employeurs de Ravensburg, en Allemagne. Quatrièmement, Escher-Wyss a été la première ville de l’Allemagne nazie à appliquer les principes de l’eugénisme pour assassiner les “mangeurs inutiles” issus de l’Institut Kaiser Wilhelm (quelque chose comme le National Institute of Health aux États-Unis ou le Tavistock Institute au Royaume-Uni). Cinquièmement, contrairement aux histoires de propagande sur le manque d’industries liées à la guerre à Ravensburg (comme raison pour laquelle les Alliés n’ont pas bombardé la ville et son industrie Escher-Wyss), nous avons découvert de nombreux péchés non avoués de Ravensburg autour des Schwabs et des Escher-Wyss. Source : Wikipedia Angela Merkel, Theresa May, Dalia Grybauskaite Premier ministre Lituanien, Education TAVISTOCK INSTITUTE) Source : Wikipedia Outre des pièces pour les navires, les avions, les sous-marins et les centrales électriques, Escher-Wyss a également négocié des lance-flammes, qui ont été construits dans son usine de Zurich et vendus aux nazis. Ces informations proviennent des archives américaines. C’est Eugen Schwab qui s’en est chargé, avec à ses côtés un certain Klaus, âgé d’environ 5 ans à l’époque. Outre leur technologie nucléaire, ils ont également fourni des turbines, des compresseurs et des hélices pour les navires et les sous-marins nazis, ainsi que des turbines à gaz pour alimenter les machines de guerre. Source : Escher-Wyss Escher-Wyss exploitait des travailleurs esclaves (Juifs, Russes, Tziganes, homosexuels, Hongrois, Roumains, Polonais) ainsi que des prisonniers de guerre alliés. Comme il s’agissait d’une société de spectacle nationale-socialiste, cela incluait certainement les crimes de guerre biologiques du Dr Josef Mengele (“l’ange de la mort”). Source : Escher-Wyss LES ENTREPRISES IMBRIQUÉES DE KLAUS & HILDE EMPLOIENT DÉSORMAIS PLUS DE 50 000 PERSONNES – TOUTES ALIMENTÉES PAR LES DÉLITS D’INITIÉS DE LA WEF Klaus M. Schwab a épousé Hilde Stoll dans les semaines qui ont suivi le premier Forum en 1971. Hilde – la seule confidente . C’était un mariage d’entreprise évident. La famille de Hilde possède toujours une entreprise d’ingénierie mécanique, de robotique, d’intelligence artificielle et de contrôle des processus appelée FESTO, qui emploie plus de 20 000 personnes. Klaus a obtenu une licence et un doctorat en ingénierie à l’École polytechnique fédérale (EPF) de Zurich, en Suisse, qui a été cofondée par Alfred Escher (1855). Source : Wikipedia Klaus a également obtenu une maîtrise et un doctorat à l’Université jésuite de Fribourg, en Suisse (1962-67). En 1966-67, Klaus a été envoyé à Boston pour poursuivre ses études à Harvard. À la John F. Kennedy School of Government, il a obtenu une maîtrise en administration publique. Il y admet avoir travaillé avec Henry Kissinger et John K. Galbraith du cercle restreint de la Pilgrims Society. Galbraith et Kissinger ont joué un rôle de premier plan dans les stratégies et tactiques du Forum économique mondial. Sur la base des instructions de la Société des pèlerins de Kissinger, Klaus Schwab est chargé d’organiser le Forum européen de gestion à partir de 1971. À partir de 1965, le département américain de l’énergie a financé le développement d’armes nucléaires en Afrique du Sud, pays de l’apartheid. Des informations récemment découvertes sur ce programme top secret montrent que Sulzer-Escher-Wyss a fourni des composants cruciaux pour l’enrichissement et la détonation d’une bombe nucléaire, prétendument pour les Sud-Africains. Apparemment, leurs précieux troupeaux d’éléphants devaient être protégés. LES BELLICISTES NUCLÉAIRES (KLAUS SCHWAB ET SES FAMILLES AVIDES D’OR) DIRIGENT LE FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL ++++ QU’EST-CE QUE SULZER-ESCHER-WYSS A EXACTEMENT À VOIR AVEC “CERN” ? ++++ Source : www.osti.gov La fondation du Forum économique mondial En 1970, le jeune Klaus Schwab écrit à la Commission européenne pour lui demander de l’aider à fonder un “groupe de réflexion non commercial pour les chefs d’entreprise européens” La Commission européenne reprendrait le patronage et enverrait l’homme politique français Raymond Barre comme “mentor intellectuel” du Forum. Raymond Barre, qui était commissaire européen aux affaires économiques et financières à l’époque, est devenu par la suite Premier ministre français et a été accusé d’avoir tenu des propos antisémites pendant son mandat. Schwab a donc quitté Escher-Wyss en 1970 pour organiser une conférence de deux semaines à l’intention des chefs d’entreprise. En 1971, la première réunion du Forum économique mondial – alors appelé “European Management Symposium” – a eu lieu à Davos, en Suisse. Le premier symposium européen sur le management de Schwab devait réunir quelque 450 participants de 31 pays, pour la plupart des cadres de diverses entreprises européennes, des hommes politiques et des universitaires américains. Elle était organisée par Klaus Schwab et sa secrétaire Hilde Stoll, qui allait devenir l’épouse de Klaus Schwab plus tard dans l’année. Source : Hilde Schwab News.cgtm.com # Le symposium européen de Schwab n’était pas une idée originale. Comme l’a très bien noté l’écrivain Ganga Jey Aratnam en 2018 : L'”esprit de Davos” de Klaus Schwab était aussi l'”esprit de Harvard”. Non seulement l’école de commerce avait défendu l’idée d’un symposium, mais l’éminent économiste de Harvard, John Kenneth Galbraith, a également défendu les nécessités de planification du capitalisme et la convergence de l’Est et de l’Ouest, en plus de la société d’abondance.” Comme l’a également souligné M. Aratnam, ce n’était pas la première fois que Davos accueillait de tels événements. Entre 1928 et 1931, le L’hôtel Belvédère a accueilli les conférences universitaires de Davos, des événements cofondés par Albert Einstein et qui n’ont été arrêtés que par la Grande Dépression et la menace de guerre. Source : mooncity.de Le Club de Rome et le WEF Le groupe le plus influent à l’origine de la création du symposium de Schwab était le Club de Rome. Ce groupe de réflexion influent de l’élite scientifique et monétaire, qui reflète à bien des égards le Forum économique mondial, œuvre également à la promotion d’un modèle de gouvernance mondiale dirigé par une élite technocratique. Le Club a été fondé en 1968 par l’industriel italien Aurelio Peccei et le chimiste écossais Alexander King lors d’une réunion privée dans une résidence de la famille Rockefeller à Bellagio, en Italie. Parmi leurs premières réalisations figure un livre publié en 1972, intitulé The Limits to Growth (Les limites de la croissance), qui se concentre principalement sur la surpopulation mondiale et avertit que “la Terre atteindra ses limites d’ici un siècle si les modes de consommation et la croissance démographique du monde se poursuivent au même rythme élevé qu’auparavant.” Source : Wikipedia

Prins Bernhard reikt Erasmusprijs uit aan Alexander King
*26 november 1987

Lors de la troisième réunion du Forum économique mondial en 1973, Peccei a prononcé un discours résumant le livre, qui est rappelé sur le site web du Forum économique mondial comme l’événement marquant de cette réunion historique. La même année, le Club de Rome a publié un rapport dans lequel il présentait un modèle “adaptatif” de gouvernance mondiale qui diviserait le monde en dix régions économico-politiques interconnectées. LeClub de Rome est depuis longtemps controversé en raison de son obsession pour la réduction de la population mondiale et de nombre de ses mesures antérieures, que ses détracteurs ont décrites comme étant d’influence eugénique et néo-malthusienne. Cependant, le tristement célèbre livre du Club, The First Global Revolution, publié en 1991, affirmait que de telles politiques pouvaient obtenir un soutien populaire si les masses étaient capables de les relier à une lutte existentielle contre un ennemi commun. Le Club de Rome, le “Cheval de Troie” ? Source : rense.com À cette fin, “La première révolution mondiale” contient un passage intitulé “L’ennemi commun de l’humanité est l’homme”, qui stipule ce qui suit : “Dans notrerecherche d’un ennemi commun contre lequel s’unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement climatique, la pénurie d’eau, la famine et d’autres phénomènes similaires feraient l’affaire. Dans leur ensemble et leurs interactions, ces phénomènes représentent effectivement une menace commune à laquelle nous devons faire face tous ensemble. Mais en désignant ces dangers comme l’ennemi, nous tombons dans le piège dont nous avons déjà mis en garde les lecteurs, à savoir confondre les symptômes avec les causes. Tous ces dangers sont dus à l’intervention de l’homme dans les processus naturels et ne peuvent être surmontés que par un changement d’attitude et de comportement. Le véritable ennemi, c’est donc l’humanité elle-même.” Ces dernières années, l’élite qui peuple le Club de Rome et le Forum économique mondial a fréquemment affirmé que des méthodes de contrôle de la population seraient indispensables pour protéger l’environnement. Il n’est donc pas surprenant que le Forum économique mondial utilise de la même manière les questions de climat et d’environnement pour vendre des décisions politiques impopulaires, telles que la grande réinitialisation, comme inévitables. Source : Gala.de Le passé est un prologue Depuis la création du Forum économique mondial, Klaus Schwab est devenu l’une des personnes les plus puissantes du monde, et la Grande Réinitialisation qu’il a poussée fait qu’il est plus important que jamais de remettre en question l’homme sur le trône mondialiste. Compte tenu du rôle prépondérant qu’il a joué dans les efforts considérables déployés pour transformer tous les aspects de l’ordre existant, l’histoire de Klaus Schwab a été difficile à étudier. Si l’on commence à creuser l’histoire de Schwab, qui siège aux côtés d’autres dirigeants d’élite de l’ombre, on s’aperçoit rapidement que de nombreuses informations ont été cachées, voire supprimées. Schwab est manifestement une personne qui préfère rester dans les coins sombres de la société. En revanche, il confronte l’individu moyen à un masque bien mis en scène. Le vrai Klaus Schwab est-il vraiment une figure de vieil oncle bienveillant qui veut faire du bien à l’humanité, ou est-il plutôt le fils d’un collaborateur nazi qui a approuvé le travail forcé et a aidé les nazis à construire la première bombe atomique ? Schwab est-il l’homme d’affaires honnête auquel nous devrions faire confiance, qui prétend vouloir créer une société plus juste et des emplois pour le commun des mortels ? Ou est-il la personne qui a contribué à faire entrer Sulzer Escher-Wyss dans une révolution technologique qui l’a conduit à jouer un rôle dans la fabrication illégale d’armes nucléaires pour le régime raciste d’apartheid d’Afrique du Sud ? Source : Images Wikipedia Les preuves que nous avons vues ne désignent pas un homme sympathique, mais plutôt un membre d’une famille riche et bien connectée qui a soutenu des gouvernements agressifs et racistes en créant des armes de destruction massive. Comme l’a déclaré Klaus Schwab en 2006 : “Le savoir sera bientôt disponible partout – j’appelle cela la “Googlisation” de la mondialisation. Il ne s’agit plus de ce que vous savez, mais de la manière dont vous utilisez ces connaissances. Vous devez être un pionnier.” Klaus Schwab se considère comme un pionnier et un acteur de premier plan, et il faut admettre que ses qualifications et son expérience sont assez impressionnantes. Mais Schwab ne pratique pas ce qu’il prêche, ce qui le rend indigne de confiance. L’un des trois principaux défis figurant sur la liste des priorités du Forum économique mondial est la non-prolifération des armes nucléaires, mais ni Klaus Schwab ni son père Eugen n’ont vécu selon ces principes lorsqu’ils étaient entrepreneurs. C’est le contraire qui se produit. Source : Images Wikipedia Source : Images Wikipedia Dans le cas des Schwab, les preuves ne mettent pas simplement en évidence de mauvaises pratiques commerciales ou un quelconque malentendu. Au contraire, l’histoire de la famille Schwab révèle une habitude de collaboration avec des dictateurs génocidaires pour des motifs basiques tels que le profit et le pouvoir. Les nazis et le régime d’apartheid sud-africain sont deux des pires exemples de politiques ratées, mais les Schwab n’ont manifestement pas pu ou voulu le reconnaître à l’époque. Klaus Schwab a tenté de blanchir les reliques de l’ère nazie – les ambitions nucléaires et les ambitions de contrôle de la population. Alors qu’il était cadre supérieur chez Sulzer Escher-Wyss, la société a tenté de soutenir les ambitions nucléaires du régime sud-africain. Par la suite, par le biais du Forum économique mondial, Schwab a contribué à réhabiliter les politiques de contrôle de la population d’après-guerre influencées par l’eugénisme, même si les révélations sur les atrocités commises par les nazis avaient jeté un grand discrédit sur cette pseudo-science. Y a-t-il une raison de croire que Klaus Schwab a changé d’une quelconque manière ? Ou plutôt, n’est-il toujours que le visage public d’un programme très ancien dont il faut assurer la survie ? La dernière question sur les véritables motivations de M. Schwab est peut-être la plus importante de toutes pour l’avenir de l’humanité : Klaus Schwab essaie-t-il de créer la quatrième révolution industrielle ou peut-être essaie-t-il de créer le quatrième empire ? Source : WEF Lors de ses conférences, Schwab parle publiquement de la 4e révolution industrielle, qui ne change pas ce que nous faisons, mais nous change. L’internet du corps est une possibilité de contrôler notre santé avec le corps, ce qui est déjà utilisé par de nombreuses personnes au quotidien avec l’horloge de santé pour contrôler le sommeil et ses phases de récupération, le pouls, le cœur, etc… Toutes les données seront automatisées. Toutes les données sont automatisées. Ce que nous mangeons, ce que nous achetons, ce que nous pouvons faire pour notre santé mentale, les personnes que nous rencontrons pour sortir, la quantité d’énergie que nous utilisons, comment réduire notre âge biologique. L’apprentissage ne peut pas être automatisé, les sentiments non plus, mais grâce au réseau mondial, nous pouvons contrôler les gens et donc manipuler et modifier leur comportement. “Grâce à la possibilité de visualiser l’activité cérébrale, avec un simple appareil EEG adapté aux consommateurs, nous avons un accès à nous-mêmes que nous n’aurions jamais cru possible. Cela permet de décoder la boîte noire, notre cerveau, et nous permet de réaliser véritablement une identité qui est vraiment créée par le WEF et qui suscite des aspirations.” Il poursuit en disant : “Lorsque l’esprit humain arrive à se connaître lui-même, la réorganisation de notre société est une évidence.” Nous pensons que l’un des éléments les plus importants d’une société libre et ouverte est la liberté de pensée. Jusqu’à présent, il s’agissait de la liberté de pensée. Une fois que nous avons accès aux pensées et aux sentiments des gens, nous devons créer un espace qui leur permette de penser librement, d’avoir une opinion différente et d’être créatifs. Et dans une société où les gens doivent avoir peur de penser à de telles choses, la probabilité que les gens apprécient cette technologie est très réduite. Source : Madtruther.com, Christian-im-Widerstand.info, anti-spiegel.ru Ceci n’est qu’un petit extrait du WEF et des réflexions et travaux de Klaus Schwab. Dans son livre The Great Reset, il résume une fois de plus les principaux changements prévus et leur influence. Ce n’est pas un hasard si ce livre est arrivé sur le marché avec le plan Covid 19. The Great Reset est une initiative du Forum économique mondial (WEF) qui envisage un remodelage de la société et de l’économie mondiales dans le sillage de la Plandemie. Source : Telegram Si l’on suit la proposition du Forum économique mondial (WEF), la pandémie de COVID-19 représente un moment opportun pour façonner le plus efficacement possible la reprise économique mondiale et l’orientation future des relations, des économies et des priorités mondiales. Le Prince Charles a souligné, lors de la présentation du plan, que le contenu qui y est défini ne devrait se produire qu’avec le consentement de l’humanité Source : Wikipedia Par conséquent, la future reprise économique doit mettre le monde sur la voie de la durabilité. Cela nécessite un changement radical et la réorganisation des systèmes sociaux et économiques. Les dimensions importantes de cette économie durable pour une grande réinitialisation sont les suivantes : Innovation, science et technologie. Il dit que “nous ne serons plus capables de distinguer la réalité de la fiction” …Le cerveau est une boîte noire, qui doit être modifiée pour la société et son environnement pour la continuation de notre futur. Le soi-disant transhumanisme. Il y a des médecins qui, d’une part, mettent en garde contre les vaccins génétiques parce qu’ils peuvent modifier l’ADN humain et, d’autre part, annoncent que l’intention est de connecter les gens à une intelligence artificielle via un lien neuronal. Ce qui semble être une idée folle tirée d’un film de science-fiction et qui pourrait donc être facilement écartée se trouve en fait sur le site web du Forum économique mondial “THE GREAT RESET” et est accessible à tous, même si ce n’est pas en détail. L’un des Mengeles, Contis, Hess, Hoess et Cie de la nouvelle génération est le Dr Fauci Source : hillreporter.com Nous sommes maintenant aux premiers stades de la quatrième révolution industrielle, qui réunit les systèmes numériques, physiques et biologiques.” Klaus Schwab déclare : “L’un des traits distinctifs de cette quatrième révolution industrielle est qu’elle ne change pas ce que nous faisons, elle nous change nous-mêmes. Nous sommes certains que la crise de Corona a été créée artificiellement pour détruire l’économie mondiale et rendre les gens dépendants de l’État. Nous considérons également que les troubles civils et les protestations à l’échelle mondiale sont délibérément créés pour être déstabilisants. La solution à tous ces problèmes est maintenant LA GRANDE RÉINITIALISATION, qui est étroitement liée à l’Agenda 2030. Pour Klaus Schwab, il est essentiel de redessiner et de reconstruire le monde. La crise a ouvert les yeux des gens et les a rendus plus réceptifs aux grands changements. Le nouveau système est le pouvoir et le contrôle, vous devenez un cyborg transhumaniste. Ce que signifie être humain sera redéfini et contrôlé. Un nouveau gouvernement mondial va émerger et il n’a plus rien d’humain. Le fait que ces détails de “THE GREAT RESET” soient si accessibles à tous me laisse sans voix. Jusqu’à quel point notre époque doit-elle avoir progressé pour que l’on ose rendre une telle chose publique ? Il s’agit d’informations de première main provenant de ceux qui ont l’intention d’instaurer une dictature numérique mondiale dans laquelle les gens sont privés de leur volonté et peuvent être contrôlés à distance. Nous trouvons cela incroyable et cela nous rappelle que ceux qui ont pris la marque de la bêtene reviennent plus à Dieu alors même qu’ils subissent les désastres de la Tribulation. Se pourrait-il qu’ils ne soient pas capables de se repentir à Dieu parce qu’une Intelligence Artificielle leur interdit de le faire ou de penser ces pensées ? Source : die-tagespost.de Nous ne pouvons pas prévoir en détail comment cela se produira, ni estimer si la 5G conduira effectivement à l’infertilité universelle comme elle le pense. Si on en arrivait là, les humains ne seraient conçus et élevés que pour être contrôlés à distance. Ce serait pervers, non ? Le médecin parle de “déshumanisation de l’humanité” et affirme que “Corona est la transformation numérique”. Elle parle du “meurtre des êtres humains et de la création” et affirme que la numérisation veut s’immiscer dans l’âme et le corps des gens. Ajoutez à cela la manipulation de l’ADN, par laquelle les humains génétiquement modifiés peuvent perdre leur rédemption, car Yeshua n’est mort que pour l’humanité et non pour des humanoïdes améliorés. Nous savons que Satan était un meurtrier et un destructeur dès le début. Elle l’appelle par son vrai nom : “C’est l’agenda anti-Christ, anti-humain. Cela va nous déshumaniser.” Il se voit comme un faiseur, une force motrice avec une volonté irrépressible de créer.

  • La phrase du Club de Rome “L’homme est l’ennemi de l’homme” est susceptible d’être interprétée comme signifiant que l’homme est imparfait “en soi”. C’est pourquoi des dirigeants spéciaux sont nécessaires pour orienter le destin de l’humanité dans la “bonne” direction.
  • C’est peut-être ce qui a fait de lui un fervent défenseur du transhumanisme, un courant de pensée qui cherche à dépasser les limites de l’être humain par des procédés technologiques. Pour Schwab, conscient de sa mission, cet “engagement en faveur du progrès” est rationalisé dans l’intérêt des valeurs de l’humanité.
  • Le thème de la boissonöle thème du contrôle de la population se nourrit d’une certaine attitude de maître à penser. Elle traverse pratiquement tous les cercles de pouvoir, est aussi le centre d’intérêt de Gates, Rockefeller et autres.
  • Kissinger l’a peut-être affiné en ce qui concerne le danger que les personnes rationnelles, qui délibèrent sur les faits, puissent neutraliser l’élan des personnes créatives, qui prennent des risquesö
  • Le Club de Rome lui a appris que, pour réussir, les objectifs “désagréables” doivent être présentés sous forme de tendances généralement acceptées. Le meilleur moyen est de les laisser naviguer dans le sillage de la lutte contre un ennemi commun (“Corona”)
  • Source : Telegram

Nous remercions les auteurs Geri Ungurean, Johonny Vedmore, Michael et Sonja

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *